đŸŸ 1er fĂ©vrier : la journĂ©e mondiale du « galgo » pour lutter contre une tradition de maltraitances

PAR LAURE GISIE, AMBASSADRICE BARCELONE.


Le lévrier est l'une des races de chiens les plus maltraités de la planÚte. Des dizaines de milliers de galgos sont tués chaque année en Espagne, souvent de maniÚre horrible.

D'innombrables autres sont abandonnés.




La vie d’un galgo en Espagne


Les lévriers espagnols sont principalement utilisés pour la chasse aux liÚvres.

Chaque annĂ©e, des milliers de galgos naissent en Espagne pour devenir les nouveaux champions des parties de chasse. Il s’agit d’un Ă©levage de masse dĂ©lirant et incontrĂŽlĂ©.


Pendant la saison de chasse, ils vivent cloĂźtrĂ©s et ne sortent que pour les sorties de chasse ou pour l’entraĂźnement. Ils sont parfois entraĂźnĂ©s Ă  courir attachĂ©s Ă  des vĂ©hicules Ă  moteur qui provoquent des blessures aux lĂ©vriers. Ils se brisent les cervicales, ou sont traĂźnĂ©s Ă  mort sur le sol.



La fin de la saison de chasse, le début du cauchemar pour les galgos


Lorsque la saison de chasse se termine, les galgueros (chasseurs qui « possÚdent » les galgos) s'octroient alors le droit de faire subir aux galgos, d'atroces supplices si le chien a mal chassé.


Si le lĂ©vrier chasse mal, il est considĂ©rĂ© comme « sale », c’est-Ă -dire, un lĂ©vrier qui ne suit pas le chemin du liĂšvre. DĂšs lors et traditionnellement, le galgo sera puni. Des Galgos sont jetĂ©s dans des puits, dans des riviĂšres pour se noyer, brĂ»lĂ©s vifs ou encore aspergĂ©s d'acide. Certains sont laissĂ©s dans les forĂȘts, leurs jambes intentionnellement brisĂ©es afin qu'ils ne puissent pas retrouver le chemin du retour.

D’autres sont pendus avec une mĂ©thode couramment appelĂ©e « « la mĂ©thode du pianiste », laissant les pattes arriĂšre toucher le sol pour que la mort soit lente. Le chien va bouger ses pattes arriĂšre en ''dansant'' d'avant en arriĂšre pour Ă©viter la strangulation. L'Ă©touffement dure des heures, parfois des jours.

À la fin, lorsque le galgo n'arrive plus Ă  rester sur ses pattes arriĂšre, extĂ©nuĂ© et piĂ©gĂ©, il abandonne et meurt asphyxiĂ©.



Pourquoi la Journée mondiale du lévrier est-elle célébrée le 1er février ?


Ce 1er février est célébré car il coïncide avec la fin de la saison de chasse et le début du calvaire pour beaucoup de ces chiens qui seront au mieux abandonnés et au pire mutilés, ou tués sauvagement.


Les associations en Espagne sauvent et réhabilitent autant de chiens qu'elles peuvent afin de leur offrir la chance d'un avenir, dans un foyer aimant.


À la fin de la saison de chasse, les refuges espagnols sont saturĂ©s et n’ont pas d'autre choix que de les envoyer dans les pays voisins, notamment vers la France qui est un merveilleux pays d’accueil pour les rescapĂ©s espagnols.



Comment aider ?


En adoptant, en devenant famille d’accueil, mais aussi et surtout en informant !


À Barcelone, SOS GALGOS, soucieuse d’informer les citoyens et de faire Ă©voluer les mentalitĂ©s a dĂ©cidĂ© d’ouvrir une Ă©cole-refuge.


Ce centre, qui est actuellement plongé dans divers travaux de rénovation, remplira une double fonction. D'une part, il accueillera 35 lévriers pendant leur phase de rétablissement, avant qu'ils ne soient remis à leur nouvelle famille.

D’autre part, ça sera un lieu Ă©ducatif pour Ă©duquer les enfants au respect de tous les ĂȘtres vivants.



Le centre proposera aux écoles des visites pour les enfants à partir de trois ans, avec un programme adapté à chaque groupe d'ùge, dans lequel ils pourront interagir directement avec les lévriers qui ne seront pas en cage et apprendre l'importance de l'empathie, de la compassion et du respect.


Le centre sera viable dans trois ans, mais d’ici lĂ , SOS GALGOS a besoin de dons pour financer ce projet. Aujourd’hui il accueille dĂ©jĂ  ses premiers chiens.



Pour donner, cliquez ici.


Laure Gisie, Ambassadrice Barcelone