• NEWS

🐰 Que dit la lĂ©gislation sur les cosmĂ©tiques testĂ©s sur les animaux ?

PAR ELOÏSE MAILLOT.

L'Union européenne a interdit tous les tests sur animaux pour l'industrie cosmétiques depuis 2013 (RÚglement cosmétique européen (n°1223/2009)). Pourtant, ces tests continuent malgré les alternatives existantes.





Il existe deux types d’interdiction au sein de l’Union europĂ©enne :

  • L’une portant sur le produit fini,

  • l’autre sur les ingrĂ©dients.


Les entreprises ne peuvent pas utiliser les donnĂ©es issues de l’expĂ©rimentation animale pour Ă©tablir les Ă©valuations de la sĂ©curitĂ©, obligatoires pour la commercialisation d’un produit cosmĂ©tique au sein de l’Union EuropĂ©enne. Elles ont donc dĂ©veloppĂ© des mĂ©thodes alternatives pour apporter les donnĂ©es exigĂ©es par la rĂ©glementation.



ConcrÚtement, que dit la réglementation européenne ? 


L'UE interdit la mise sur le marché de tout nouveau produit cosmétique testé sur des animaux aprÚs mars 2013, y compris pour les produits importés.

Mais cela ne concerne que leurs composants utilisĂ©s Ă  des fins exclusivement cosmĂ©tiques. ​La dĂ©cision d’interdire, sur l’ensemble du territoire europĂ©en, tous les cosmĂ©tiques ayant fait l’objet de tests sur les animaux, marque l’aboutissement d’un trĂšs long processus amorcĂ© en 1993 avec la mise en Ɠuvre d’une directive concernant la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise Ă  mort.


La premiĂšre directive « cosmĂ©tique » introduite en 1976 a, au fur et Ă  mesure de ses modifications successives, Ă©tablit un cadre rĂ©glementaire dans le but d’éliminer progressivement l’expĂ©rimentation animale.


C’est le Royaume-Uni qui a Ă©tĂ© le prĂ©curseur de la lĂ©gislation sur l’expĂ©rimentation animale dans le monde par la loi de 1997 qui interdit l’expĂ©rimentation animale dans le secteur de la cosmĂ©tique.

​

L'Inde, IsraĂ«l et la NorvĂšge (qui ne fait pas partie de l'UE, ses habitants ayant refusĂ© d'y adhĂ©rer) ont aussi intĂ©gralement banni les tests sur animaux pour les cosmĂ©tiques. Des lois similaires sont en cours d'Ă©laboration dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis.


La Chine, grande adepte de tests sur animaux pour les cosmétiques, y a récemment renoncé pour de nombreux produits finis, à condition qu'ils soient fabriqués sur son sol.


Cependant, certains fabricants de cosmétiques utilisent toujours des animaux pour tester leurs produits avant leur commercialisation.

Selon une Ă©tude rĂ©alisĂ©e en 2016 par l’association de dĂ©fense des animaux Peta, plus de 250 marques de cosmĂ©tiques, Avon, Neutrogena, Guerlain, L’Occitane, MAC Cosmetics, Vidal Sassoon et Mary Kay ont encore recours Ă  ces pratiques.

​

Un pays comme la Suisse a interdit depuis 2008 l’expĂ©rimentation de produits et d’ingrĂ©dients cosmĂ©tiques sur les animaux, mais cette loi est facilement contournable lorsque l’expĂ©rimentation est a visĂ©e mĂ©dicale. Il existe des activitĂ©s illĂ©gales d’expĂ©rimentation animale sur des produits cosmĂ©tiques, dĂ©localisĂ©es en Suisse.


Il existe aujourd'hui des alternatives aux tests sur animaux ainsi que des méthodes de reconstruction in vitro de l'épiderme humain, des cellules humaines et de la cornée en plein développement.

Vous pouvez aider à lutter contre les tests sur animaux pour les produits cosmétiques en cliquant ici.



EloĂŻse Maillot

0 commentaire