• EDITO

BIENVENUE EN DICTATURE ? LA CELLULE D'ÉTAT DEMETER SOUMISE AUX 2 SYNDICATS AGRICOLES INDUSTRIELS

PAR ELOÏSE MAILLOT.

La messe est dite : vous n'êtes pas pratiquant ? Il va pourtant falloir apprendre votre 'Ave Censuria' sur le bout de vos doigts. Des voix s'élèvent et de plus en plus d'articles sont publiés pour dénoncer la mise en place par l'État et le gouvernement actuel, d'un traçage et d'une censure systémique des défenseurs de la cause environnementale et animale, dans un grand sac fourre-tout à la sauce Demeter...





Du journaliste aux militants écologistes, des lanceurs d'alerte en passant par les vegan jusqu'aux anti-chasseurs victimes de leurs menaces, insultes et attaques, rejoints tout dernièrement, par le porte-parole de l'association de protection de l'environnement, Antoine Gatet, on ratisse large et on sert la soupe à tout le monde à coups de grandes louches, chez Demeter. Convocations, climat d'impunité des chasseurs, volonté de censurer et intimidations... Emmanuel Macron a t-il vraiment compris les Français et veut-il ce nouveau monde dont il parle ? Mais quel est ce plat que l'on nous sert à la sauce Demeter ?


RAPPEL : 84% DES FRANÇAIS sONT CONTRE LA CHASSE


... "trouvant cette pratique dangereuse pour eux, cruelle pour les animaux, et faisant certes partie du patrimoine français, mais d’un autre âge." Sources Sondage Ipsos 2018.



LA CELLULE DEMETER


Elle se présente comme ''la cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Il existe en France 440 000 exploitations agricoles installées en métropole et qui sont donc concernées. Créée début octobre 2019, Demeter se trouve sous l'égide du Ministère de l'Intérieur et est sous le contrôle de la direction générale de la gendarmerie nationale.


Mais deux invités se sont joints à la noce. Lesquels ?

Tout d'abord, voici comment commence l'édito du Ministre de l'Intérieur sur le site du gouvernement :


"Depuis quelques années, un phénomène grandit, inacceptable. De plus en plus, nos agriculteurs sont visés par des intimidations, des dégradations, des insultes. Des individus s’introduisent dans leurs exploitations agricoles et les bloquent. Ils font des films aux commentaires orduriers, avant de jeter les exploitants en pâture sur les réseaux sociaux. Parfois même, les intrus dégradent, cassent et volent. En se multipliant, certains actes confinent à l’absurde. Je pense à ces militants animalistes responsables de la mort de plus de 1 400 animaux dans l’Eure pour leur avoir fait peur en s’introduisant dans un élevage de dindes."

Le journaliste Stéphane Foucart dénonce dans sa très récente chronique du journal Le Monde, dans un article réservé aux abonnés :"Informer sur l'environnement et sa préservation devient de plus en plus périlleux". Et de rajouter, "dans le