• NEWS

🇮🇱 Israël, le 1er pays au monde à interdire le commerce de toute la fourrure pour la mode

CONSTANCE MILLER.

La ministre de la Protection de l'Environnement, Gila Gamliel, a signé hier mercredi 9 juin, un décret interdisant l’attribution de permis pour le commerce des fourrures dans le domaine de la mode, sur le territoire national israélien. Alors que de plus en plus de Maisons de luxe arrêtent la fourrure, Israël devient à nouveau précurseur dans la lutte contre la pratique très cruelle des la fourrure.




En 1976, il y a 45 ans, Israël - nation pionnière en matière de droits des animaux - avait interdit leur élevage pour leur fourrure, sur son territoire.


Quarante-cinq ans après, elle a interdit par décret ministériel, la délivrance de permis pour le commerce de la fourrure d'animaux sauvages, concernant l'import et l'export " sauf pour les besoins de la recherche, de l'enseignement et de certaines traditions religieuses", précise le ministère dans un communiqué de presse, ajoutant qu'il faudra attendre encore six mois pour que celui-ci entre en vigueur.


Selon la ministre israélienne : « L'industrie de la fourrure tue des centaines de millions d'animaux dans le monde et entraîne une cruauté et des souffrances indescriptibles. Utiliser la peau et la fourrure d'animaux sauvages pour l'industrie de la mode est immoral et certainement pas nécessaire. La signature de la réglementation rendra le marché de la mode israélien plus respectueux de l'environnement et fera preuve de gentillesse envers les animaux ».



Le ministère a également publié une lettre envoyée par la directrice de la Coalition internationale anti-fourrure (IAFC), Jane Halevy-Moreno, qui a qualifié ce décret de « geste historique » ; « Israël est le premier pays au monde à fermer ses portes à cette cruelle industrie » précise-t-elle.


Cependant, une licence sera toujours accordée dans le cas des fourrures et des produits destinés à la recherche scientifique, l'éducation et à des fins religieuses.


Plusieurs pays à travers le monde, ont déjà instauré des interdictions partielles de commerce de la fourrure, notamment la Serbie, la Slovaquie, la Norvège ou encore le Luxembourg. On estime le nombre d'animaux tués chaque année dans le monde, seulement pour leur fourrure à plus de 65 millions.


Constance Miller

0 commentaire