L'ONG Pollinis riposte avec une action en justice contre les pesticides tueurs d'abeilles et Déméter

par Daphné Lacroix.


L'ONG POLLINIS et Générations Futures ont déposé, vendredi 1er avril, un appel pour exiger de la Justice la mise au pas immédiate de la cellule Déméter. POLLINIS a été fondée en 2012, l’ONG rassemble aujourd’hui 1,3 million de sympathisants à travers l’Europe.





POLLINIS est une ONG indépendante qui agit pour stopper l’extinction des abeilles et autres pollinisateurs dont dépend l’ensemble de la biodiversité. Financée exclusivement par les dons des citoyens, l’association à but non lucratif fait pression sur les pouvoirs publics pour les obliger à passer à un modèle agricole qui se passe de pesticides et autres intrants chimiques de synthèse, qui contaminent l’ensemble l’environnement.


À Bruxelles, l’association a défendu le droit des citoyens à l’information en traînant la Commission européenne devant les Tribunaux.

La requête de l'ONG ? Depuis cinq ans, la Commission européenne refuse illégalement le droit d’accès à des documents cruciaux, qui permettraient pourtant aux citoyens de comprendre pourquoi l’indispensable réforme des tests de toxicité des nouveaux pesticides sur les abeilles et autres pollinisateurs est restée bloquée dans les arcanes de l’Union européenne depuis 2013.


L'ONG a publié une lettre ouverte, en 2019, au président Emmanuel Macron et au Premier Ministre, qui a obtenu, à ce jour, 111 838 signatures. Nous la publions sur Nouvelle Veg aujourd'hui car POLLINIS, après avoir reçu le soutien de la Médiatrice européenne il y a deux ans, a porté l’affaire devant les juges du Tribunal de l’UE, dont la première audience vient d’avoir lieu vendredi 6 mai dernier, à Luxembourg.


Leur jugement est attendu dans les prochaines semaines.


En France, le scandale de la cellule de gendarmerie Déméter continue.

Malgré la récente décision de justice du Tribunal administratif de Paris qui juge « illégales » les actions idéologiques de cette cellule créée à la demande des syndicats agro-industriels - le gouvernement persiste en faisant appel et en soutenant publiquement, par la voix de ses plus hauts ministres, la surveillance et la mise au pas des opposants à l’agriculture intensive.




Lettre ouverte


Monsieur le Premier ministre,

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,


La cellule de gendarmerie Déméter, créée il y a deux ans par un pacte contre-nature entre deux syndicats promoteurs de l’agriculture industrielle – la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs – et le ministère de l’Intérieur, est un dévoiement sans précédent d’un service public régalien à l'usage d'intérêts privés.


Le périmètre d’intervention de cette cellule, étendu aux actions symboliques et idéologiques, menace tous ceux qui critiquent les effets dévastateurs du système agricole dominant sur l’environnement et la biodiversité, et enfreint dangereusement les libertés fondamentales d’information, d’opinion et d’expression, garanties par la Constitution.


Ce pacte illégal est un outil de plus aux mains de quelques grands groupes agro-industriels, pour maintenir les agriculteurs dans un système dépendant des pesticides et dévastateur pour le vivant, dont seules ces multinationales tirent profit. L’État, lui, se rend complice de l’extinction en cours des abeilles et des pollinisateurs, contre laquelle il promet pourtant d’agir, et se déshonore en faisant porter la suspicion sur ses propres citoyens.


Nous, journalistes, activistes, ONG, membres d’associations, et citoyens inquiets de l’effondrement vertigineux de toute la biodiversité, refusons d’être inquiétés pour des actions pacifiques et légales face au désastre provoqué par les pesticides, et condamnons cette dérive anti-démocratique et autoritaire.


Nous vous appelons à garantir notre droit à défendre les écosystèmes dont nous dépendons, et ainsi rendre possible un avenir sain et durable aux générations futures, en procédant à la dissolution immédiate de Déméter et de ses succursales, les observatoires de l’agribashing.


Vous priant d’agréer, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le ministre, l’expression de notre plus haute considération.


POLLINIS


Pour signer la pétition en ligne : #DemantelerDemeter

Daphnée Lacroix

0 commentaire
<