• NEWS

🚹 LA FRANCE DEVIENT LE 1ER PAYS DE L’UE À EXPORTER SES COSMÉTIQUES EN CHINE, SANS TESTS SUR ANIMAUX

PAR CONSTANCE MILLER.


Une nouvelle législation




Depuis 2009, l'Union EuropĂ©enne a interdit les tests sur animaux mĂȘme si certains pays les pratiquent encore - dont la Chine - sur les produits finis importĂ©s.

C'était sans compter la forte mobilisation des entreprises cosmétiques et des autorités sanitaires françaises.


Dorénavant, l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) devra délivrer un certificat au fabricant français qui devra le présenter, assurant ainsi la conformité des "bonnes pratiques de fabrication" et l'évaluation de la sécurité de ses produits.


« Ces tests étaient conduits par les autorités de contrÎle sanitaire locales et non par les marques. Le secteur cosmétique s'est donc engagé auprÚs de ces pays afin de faire reconnaßtre les méthodes alternatives aux tests sur les animaux, et de faire évoluer les réglementations vers une élimination totale et définitive de ces tests », a déclaré la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA).

Les cosmĂ©tiques français exportĂ©s en Chine, Ă  l'exception des produits solaires et colorants capillaires, ne seront plus soumis Ă  des tests sur les animaux par les autoritĂ©s chinoises, avant d’ĂȘtre mis sur le marchĂ© de l'Empire du Milieu.


L’industrie cosmĂ©tique française fait aussi progresser la cause animale, comme par exemple le groupe L’OrĂ©al qui a dĂ©cidĂ© de mettre fin Ă  sa production de pinceaux de maquillage Ă  base de poils d’animaux, suite Ă  la pĂ©tition organisĂ©e par PETA aux États-Unis, signĂ©e par environ 80 000 personnes !


La Chine est le 4Ăš pays oĂč la France exporte ses produits de beautĂ©.


200 mĂ©thodes alternatives Ă  la recherche animale ont Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ©es et validĂ©es par l’Organisation de coopĂ©ration et de dĂ©veloppement Ă©conomiques (OCDE), rappelle la FEBEA (FĂ©dĂ©ration des entreprises de la beautĂ©) 🐰


Constance Miller