• CHRONIQUE

LA HAINE, CETTE NOUVELLE OPINION

PAR MOHAMED SIFAOUI.

L’autre jour, en écoutant une émission grand public, le chroniqueur d’une radio qui, sans l’assumer vraiment, s’adresse principalement, à tout le moins, à une droite, pardonnez-moi, bien couillue, voire à une extrême droite, ce chroniqueur dis-je, lançait une phrase d’une incroyable insipidité, désormais répandue, dont les beaufs ont souvent le secret :



«En France, on ne peut plus rien dire»


Je voudrais d’abord affirmer à quel point cette phrase m’exaspère et dans la foulée, tordre le cou définitivement à ce sophisme, car je peux témoigner ici et maintenant que pour avoir vécu dans des dictatures, où on ne pouvait véritablement rien dire, je suis bien placé pour savoir qu’en France, on peut au contraire tout dire.

On peut caricaturer les religions, se moquer de l’islam, blasphémer et même si cela a coûté la vie à nos amis de Charlie Hebdo, on continue, malgré tout, à veiller, dans le débat public, pour que cette irrévérence puisse persister, quelle que soit la croyance ou la pensée religieuse ou pas.

On peut aussi dire des idioties, il suffit de lire le contenu des réseaux sociaux, se farcir les approximations des sociologues et autres anthropologues, diplômés de Facebook et de Twitter, et parfois déconstruire les approximations récurrentes de l’extrême droite, voire les théories conspirationnistes de certains de ses membres. On peut aussi s’infliger les bondieuseries d’une Christine Boutin, l’archaïsme de 'Sens commun' et au-delà entendre, les partisans des théories racialistes ou racisées, supporter à la fois les insupportables Identitaires et leurs alter ego Les Indigènes, des agents de la toxicité ambiante comme Rokhaya Diallo ou Éric Zemmour, les saillies de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon.

Et même devoir accepter l’idée qu’un Aymeric Caron puisse défendre le droit des moustiques à disposer de leur dard.


Oui, en France on peut tout dire, et heureusement, tant que cela ne contrevient pas aux règles de droit, seules capables de limiter la liberté d’expression, car, contrairement aux souhaits d’Éric Zemmour et de ses adeptes, la haine ou l’incitation contre des personnes en raison de leur religion (réelle ou supposée) n’est pas une opinion, mais encore un délit.


Pour avoir suivi la montée en puissance, depuis une quinzaine d’années, de la nouvelle coqueluche de l’ultra et de l’extrême droite française et de quelques xénophobes réactionnaires, je sais que ce que veut Zemmour, ce n’est pas tant de dire les choses. Puisque s’il y a bien quelqu’un qui « peut tout dire en France », c’est bien lui. Non seulement, il dit tout haut ce que tous les racistes disent tout haut, mais en plus, il a écrit, de façon prétendument savante, tout ce que les misogynes, les homophobes et les nostalgiques du Maréchal Pétain aiment lire...



Florilèges


La femme commanderait désormais la société, probablement dans son esprit, quand les musulmans prennent leur congé annuel ; les homosexuels, les pédés comme disent beaucoup de ses lecteurs, occupent trop de place dans la société et dans l’espace médiatique et artistique. Probablement celles qui ne sont pas encore occupées par les musulmans et les femmes. Et évidemment, la chose est connue, puisque Éric Zemmour vous le dit, le Maréchal Pétain a sauvé d’une certaine manière la France et mieux, il aurait même sauvé les Juifs et notamment ceux d’Afrique du nord. Oui ! Oui ! C’est bien lui qui le dit.

Pétain, un juste parmi les nations !


Et il va même plus loin : le nouveau chouchou de Marion Maréchal dit nous voilà !

Il se dresse, un peu comme Vercingétorix, un peu comme Charles Martel, pour faire face à l’envahisseur Sarazin.


Les pseudos « résistants » dopés à l’idée de l’existence d’un « colonisateur » musulman imaginaire (oui, il dit musulman, pas islamiste. Donc tous les musulmans), les pseudo « résistants » donc, peuvent enfin connaitre, le temps d’un discours, une montée de testostérones.

Zemmour veut rameuter, vers la nièce de Marine Le Pen, ses lecteurs, tous bavant à l’idée que l’on puisse à nouveau traiter les femmes comme jadis, au début du 20e siècle, quand elles n’avaient ni droit de vote ni le droit d’ouvrir un compte en banque. À l’époque où, selon le même Zemmour, l’homme hétérosexuel et catholique était encore viril, capable de tenir, sous son diktat, sa femelle à la maison. Peut-être même que le réactionnaire qui veut pouvoir tout dire peut remonter, non pas au début du 20e siècle, mais même quelque temps auparavant, histoire de pouvoir faire du cuissage de soubrette aux côtés des mâles catholiques bien dressés et, dans la foulée, permettre à une libération de la parole (oui ! il faut tout dire) et user du négro, du youpin et du bougnoule par ci, de la poufiasse et de la pédale par là.

Les amis de Zemmour sont brimés par les lois et les règles de la bienséance et même au-delà, par une particularité bien française que l’on appelle le classicisme. Cette parole qui offre une place, depuis toujours, à l’exactitude de la pensée et à la nuance. C’est contre elle d’abord, cette fameuse nuance, que celui que l’extrême droite considère désormais comme son esprit savant, commet un crime.



On ne peut plus rien dire ? Vraiment ?

Chroniqueur au Figaro. Celui qui dispose d’une émission de télé sur Paris Première, qui se voit offrir une autre émission de télévision alors qu’il est condamné par des tribunaux de la République pour incitation à la haine se plaint d’être « censuré ».

C’est probablement la raison pour laquelle il ne se passe plus une semaine sans qu’il ne soit à l’origine d’une polémique. Invité par ci et par là pour faire le buzz et seulement le buzz, Éric Zemmour me rappelle un autre personnage : Pascal Boniface.

Ce dernier, tout en écrivant et en publiant un livre intitulé « Peut-on critiquer Israël ? » s’interrogeait si on pouvait critiquer Israël. De vrais humoristes, en effet, tous ces gens qui tout en faisant la chose, vous interrogent sur sa faisabilité tout en vous faisant croire qu’ils ne peuvent pas faire la chose.

Oui, c’est tordu et pervers, un peu comme leur pensée.


Zemmour parle, le talent en moins, car piètre orateur et tribun ridicule, un peu comme Doriot. Lui aussi, son verbe est aigri et sa parole creuse. Mais son secret : Il ânonne ce qui serait à la portée d’un conférencier… de bistrot. Oui Zemmour n’est bon que pour dire tout haut, la haine que peut proférer un ivrogne inconscient piétinant sa propre dignité.


Car on peut tout dire en France, sauf la haine, car celle-ci n’est pas une opinion. Et, de ce point de vue,


si je me battrai toujours pour que Zemmour puisse continuer d’exprimer ses opinions et à dire ses dangereuses sottises, je me battrai tout autant pour que la société ne lui permette plus de faire croire que la haine serait une opinion.

Mohamed Sifaoui

  • Instagram Nouvelle Veg
  • Twitter Nouvelle Veg
  • Facebook Nouvelle Veg

© 2019 by Nouvelle Veg 2019. All rights Reserved

N° ISSN 2739-8757