• NEWS

LES CHIENS DÉTECTENT LE COVID-19 : PROJET NOSAÏS

PAR LYSA BRUNEL ET ELOÏSE MAILLOT.

Au sein de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, dans le Val-de-Marne, le professeur-enseignant et chercheur, Dominique Grandjean et son équipe forment des chiens à détecter le covid-19. Nom du projet : Nosaïs-Covid-19


Ces expérimentations ont commencé en mai dernier et le protocole a été déployé dans 15 pays comme le Liban, l’Argentine, les Émirats Arabes Unis, lesquels ont été formés par la France.


Une vingtaine de chiens participent à Nosaïs-Covid-19 et appartiennent pour la plupart à des sapeurs-pompiers, d’autres à l’équipe de Nosaïs.

Accompagnés d’un maître-chien, les canidés se présentent chacun leur tour devant 5 cônes dans lesquels ils mettent leur museau afin de détecter ou non un cas positif.


À l’intérieur de ces cônes se trouve de la sueur de personnes positives et dans les autres, celle de personnes négatives, certains cônes restent vides.

Si le chien détecte une personne contaminée, il réagit en s’asseyant, en aboyant ou en s’allongeant.


"L'étude a été menée sur 3 sites, suivant les mêmes procédures de protocole, et a impliqué un total de 18 chiens. Au total, 198 échantillons de sueur des aisselles ont été prélevés dans différents hôpitaux. Pour chaque chien impliqué, l'acquisition de l'odeur spécifique des échantillons de sueur COVID-19 a nécessité de une à quatre heures, avec une quantité d'échantillons positifs reniflant allant de quatre à dix."

Sources Résultats de l'Étude


L’odorat canin est 40 fois plus développé que celui de l’homme, un canidé a seulement besoin d’un dixième de seconde pour reconnaître une odeur.

À chaque cas positif détecté, le chien reçoit une friandise ou un jouet. Il réalise 15 à 20 passages tous les jours sauf le week-end.

Le taux de réussite de détection du virus par les chiens tourne entre 90 et 99,5% alors que celui de tests PCR est compris entre 90 et 95%.


Le projet du professeur Grandjean, doit encore obtenir une validation scientifique pour que les choses avancent plus vite. Les pays auxquels le protocole a été partagé sont maintenant plus avancés que la France.

Pour exemple, les chiens détectent les cas positifs à l’aéroport de Dubaï en reniflant une compresse frottée sous l’aisselle de l’individu. Une soixantaine de chiens y sont opérationnels.


En France, 6 chiens sont opérationnels : deux en Corse, trois en Seine-et-Marne et un dans l’Oise.

Le professeur souhaiterait qu'ils soient utilisés dans les aéroports, les ports, les Ehpads, les clubs de sport et les universités. 400 Ehpads seraient déjà intéressés.



Si une personne est détectée positive suite à cette technique, elle devra réaliser un test PCR.

Il manque cependant des fonds pour développer ce projet, qui a reçu le soutien de l’Académie de médecine et de l’Académie vétérinaire.

L'objectif du projet est de détecter dans les zones portuaires et des aéroports, les cas possibles de malades atteints du Covid-19.


Sources ENVA

Lysa Brunel et Eloïse Maillot

#animaux #chien #animals #covid19 #pompiers #veterinaire #ecoleveterinaire #alfort #dominiquegrandjean #detecteur #virus #coronavirus #caspositif #casnégatif #chienoperationnel #sante #soins #detectervirus #france #science #scientifique #covid #magazinevegan #nouvelleveg #nosais #professeurgrandjean #sarscov2

  • Instagram Nouvelle Veg
  • Twitter Nouvelle Veg
  • Facebook Nouvelle Veg
  • Linkedin Nouvelle Veg

© 2019 by Nouvelle Veg 2019. All rights Reserved

N° ISSN 2739-8757