• COUP DE GUEULE

LES FÉMINISTES DE PACOTILLE : RAS LE BOL !

PAR ELOÏSE MAILLOT.

Alors qu'un mouvement de plusieurs manifestations s'organise dans toutes la France, 'Nous Toutes' dont la baseline est ''un site par les femmes pour les femmes'' et qui a pignon sur rue au niveau national, vient d'annoncer sur ses réseaux sociaux qu'elle formerait un cordon de non-mixité lors des manif du 23 novembre, sous l'argument de l'inclusivité




Probablement pas une seule féministe de votre entourage, qui ne soit touchée par ce mouvement, rejoint pas plusieurs personnalités. Le fond de la cause semble noble, mais l'est-ce vraiment ?


Cause des femmes ?

C'est un mensonge. En tous les cas, on est en droit de se poser la question tant de femmes ont réagi de façon virulente sur les réseaux sociaux, en s'opposant à ce cordon de non-mixité. Pourtant le travail de terrain des militantes et la cause restent bien évidemment noble et respectable. Essentielle même. Urgente avant tout.


La résonance de Nous Toutes et son influence augmentent en France, mais quelle pensée se cache derrière ? De quels courants ce mouvement relève t-il vraiment ?


La Nota Bene sous cette photo postée sur twitter ce matin, serait justifiée par une décision de protéger les victimes de viols et d'agressions sexuelles et de les inclure dans la manif du 23 septembre à Paris et dans toute la France.

Il faut inclure !


VRAIMENT ?



SUJET TABOU EN FRANCE : LES HOMMES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES. ÇA EXISTE AUSSI !


Petit rappel. La réalité que recouvre cette petite annotation mérite d'être immédiatement démentie et révélée.


Si le mouvement Nous Toutes voulait s'attaquer aux victimes de violences conjugales et se souciait d'inclure toutes les victimes, elle les inclurait vraiment lors de ses manifestations, en ne tenant pas compte de leur sexe, car une un mouvement 'pour les femmes' oui, mais une revendication et colère légitime ne pouvant se faire qu'aux côtés des hommes, main dans la main avec ceux qui sont aussi victimes de violences conjugales, sexe masculin compris.


Elle n'exclurait pas avant tout les femmes de cette grand et belle marche qui se devait d'être inclusive. Plusieurs personnalités publiques et politiques se battant pour le droit des femmes, ont aussi pris la parole.




Comment dénoncer le fait, encore plus honteux et nié dans notre société, d'être l'objet de violences conjugales quand on est un homme, quand celles-ci sont perpétrées par leur propre (ex)conjointe ou (ex)conjoint ?

Sujet extrêmement tabou en France et dont on les exclue dans le débat alors que ce que nous voulons, nous les femmes, c'est les avoir avec nous et nous, être avec eux.


Oui en France, nous nous taisons, malgré les études américaine, canadienne et les chiffres du gouvernement. (21 hommes tués par leur conjoint sur 1 an et plus de 70 000 hommes victimes de violences conjugales), nous n'avons pas d'étude plus significative au niveau national à ce jour. Malheureusement.


Alors les chiffres sont moins élevés pour les hommes certes... Donc on s'en lave les mains ? ... Mais ne souhaitez-vous.... Ne devez-vous pas défendre TOUTES les minorités lors de telles manifestations si vous vous définissez comme féministes inclusives ? Ne devez-vous pas défendre la dignité ? Le respect ? La protection ? L'élévation des coeurs et des âmes et l'élévation charnelle tout court ?



Là où la haine de l'homme prospère, le droit des femmes recule


Il est vrai que le mouvement Nous Toutes précise qu'il décide de prendre partie pour les femmes EXCLU-SIVEMENT et il est honnête de rappeler que la majorité des actes (crimes, viols, violences faites aux femmes...) sont principalement du fait des hommes. Mais ce postulat est-il valable quand il s'agit de défendre des minorités victimes ?

INCLUSIF SIGNIFIANT TOUT LE MONDE.


Mais j'ajoute :

Une société qui arrivera à dénoncer les violences faites aux victimes - tous sexes confondus et la main dans la main - sera la seule à pouvoir se présenter comme le porte-drapeau de l'équité et de l'inclusivité. Car contrairement à Lauren Bastide dans sa lettre des Glorieuses de cet été invitant des auteures à imaginer leur propre utopie, nous ne fantasmons pas, nous féministes, d'un grand attentat - misérable rêve - contre les hommes où les femmes les trucideraient à coups de fusils et deviendraient aussi violentes et connes qu'eux.


Nous sommes plusieurs et un grand nombre de féministes à défendre le droit des femmes, autour d'un féminisme inclusif, universaliste, qui souhaitent réunir et non dissocier. Qui en a marre de cette haine contre les hommes. Qui souhaitent que les femmes ne soient pas renvoyées constamment à leur sexe, à leur biologie et qu'elles ne soient donc pas exclues en bénéficiant d'un traitement de défaveur. Hors une zone de non-mixité encourage et valide cette position dans la société.


Déjà l'association Ni Putes Ni Soumises prenait en 2017 position contre cette volonté de diviser les femmes dans l'espace public, avec les dérives que cela peut engendrer.




FÉMINISME INTERSECTIONNEL ?


Inclusif ? Cette manipulation sémantique et idéologique va loin... très loin... Où ?

Depuis des années, un mouvement, une idéologie s'auto-proclamant féministe a envahi les universités françaises, les associations féministes et républicaines, les médias... qui torpille la cause des femmes, la gangrène et relève du féminisme dit 'intersectionnel' (des mots voulant devenir des signifiants acceptés et des référents).


Le féminisme pour lequel nos mères et nos grand-mères et BIEN EN AMONT ainsi que le nôtre, très actuel et vivant, pour lequel nous nous battons, est essentialisé en vue de revendications sexistes, communautaristes, racialistes, décolonialistes, indigénistes, sous couvert de défense des minorités.

Ce féminisme dit intersectionnel tout droit hérité des Etats-Unis dans la mouvance des années 60', demande, sous couvert d'actions médiatiques régulières, la séparation des femmes partout dans l'espace public, d'abord entre elles-mêmes (on touche le fond de la piscine et pas de cordon non-mixte auquel se rattraper) et revendique également cette même exclusion des hommes, sous couvert d'inclusion, en les définissant tous comme des agresseurs potentiels.


Femmes Solidaires en 2018 en a posté un courrier sur son Twitter pour expliquer pourquoi elle se dissociait de ce courant de pensée. Ainsi, on voit apparaître dans la lutte pour le droit des femmes, deux grandes mouvances antagonistes : Intersectionnelles contre Universalistes.




Que raconte des hommes cette vision du féminisme dit 'Intersectionnel' et ces zones de non-mixité qui ne représentent qu'un des aspects de cette pensée ?

Qu'ils sont des violeurs en veille, des agresseurs potentiels et que notre société les exclut, pour le bien des femmes.


HONTEUX !

Nous ne voulons PAS de cette société que vous bâtissez. De ce féminisme qui porte la haine des hommes en son coeur et la définition et la place des femmes par et selon leur couleur de peau, leur religion, leur 'race' (le mot racialiste étant employé par ce courant et non par les Universalistes), nous ne voulons pas de cette vision totalement éculée et biaisée, qui encourage et revendique l'inégalité.



L''intersectionnalité' dit vouloir défendre des minorités victimes d'injustices sociales cumulées (qui peut à ce jour franchement reprocher cette démarche et vouloir le contraire ?! ). Sous cet argument, on en profite pour manipuler ces mêmes minorités ethniques, religieuses, sociales, les exaspérations et les problèmes communautaires, pour agiter le spectre du racisme et on établit des cordons non-mixtes, SEXUÉS, dans les piscines, dans les hôpitaux, dans les écoles, jusque dans les manifestations. Qui revendique ces cordons et que revendiquent-ils comme place pour les femmes ? Aucune différenciation, c'est ton âme qui compte, c'est TOUT.




On sait à quoi ce prétendu progressisme mène et ses dérives outre-atlantique : Il mène à un monde étiqueté, genré, racialisé où l'on ne voit les êtres humains et où l'on existe et se définit plus en tant que personne, mais uniquement selon notre sexe, nos préférences sexuelles (ça te regarde !? ) notre couleur de peau, notre religion. Tout ça, on s'en TAPE. Voilà à quoi mène le féminisme 'intersectionnel' qui ouvre la porte aux revendications indigénistes dans notre société et qui pollue les valeurs de la France, républicaines, de fraternité. De liberté. Et de laïcité.


On voit des féministes en herbe contraintes à biberonner à l''intersectionnalité' sur les réseaux sociaux, émerger dans les médias, sortant des facs, des écoles de journalisme et autres parcours privés, parlant dorénavant en termes de cisgenre, de binaire, de non binaire avec toute leur cohorte de nouveaux termes incompréhensibles pour qui ne s'est pas penché sur le sujet...



Vous ne comprenez rien ? Pas de problème, c'est normal, c'est fait pour !


Des expressions et une nomenclature pour se définir et définir sexuellement les personnes auxquelles elles s'adressent et les minorités : sauf que, ON SE FOUT de qui couche avec qui et comment chacune et chacun définit sa sexualité !!! Cela ne regarde personne ! Et encore moins la société !!! En véritables robots convertis qui désavoueraient une juste cause si elles (les hommes les rejoignent aussi parfois) n’en faisaient pas usage, elles répètent ces nouveaux termes tendances et la même écriture 'inclusive' (ça ne veut rien dire) pensant défendre la cause des femmes en massacrant la langue française au passage. Alors t'es pas dans le coup si t’es pas inclusive dans ton écriture ? Nombre d'entre elles ne savent pas l'idéologie que véhicule toute cette hiérarchisation fasciste et sexiste de la société, qui dit se battre contre le racisme en en créant de nouveaux.


La faculté d'Evergreen en a payé les frais :




Quiconque critique cette mouvance est traité de fasciste d’extrême-droite par la bien-pensance afin d’invisibiliser toutes les femmes et les hommes français, intellectuels et politiques républicains laïcs, athées, apostats de l’Islam précisément ANTI extrême-droite et dont la rédaction de Nouvelle Veg fait partie, qui se battent contre ce renvoi constant au biologique dans le débat. Pensée archaïque, victimaire qui exclut une très grande partie des victimes, au lieu de les rassembler toutes, pour une même et juste cause.


Ce féminisme n'invente rien. Il sent le moisi et n'a que contribué à faire reculer l'adhésion de l'ensemble des femmes à la cause féministe.

Un usage dévoyé de la pensée de Simone de Beauvoir pour certaines. Des féministes américaines enragées haïssant les hommes qui déversent des tonnes d'hormones mâles sur le combat et la tête des femmes et dont les néo-féministes françaises, se veulent les héritières. C'est donc IDEM que ce que l'on reproche aux hommes.


Alors... À quoi cela sert ?

Faut-il vraiment se laisser pousser la moustache et les poils sous les bras pour être une femme affranchie de la domination masculine, grande mode ces dernières années ? On peut vraiment se poser la question. Surtout, est-ce si subversif et novateur que ça ? Quel intérêt ?


C'est naturel est l'argument !

Si l'idée est de lutter avec ses poils car on ne souhaite pas tomber sous les diktats d'une société qui fait de la femme, un objet de désir et de domination masculine, une image et un référent sexiste, il faut que les femmes puissent pouvoir le faire, en totale liberté. Qui a inventé l'épilation ? (Objet de torture, à préciser pour celles qui ont besoin de dé codeur).

Mais... La nature pour se définir n'est justement pas l'argument. Le seul est l'intelligence.

'Mon cher Socrate, bois ce verre de cigüe, il est naturel, tu vas voir le bien que ça te fait !'

La violence des hommes aussi est naturelle.

Le but suprême est-il de ressembler aux hommes et à la violence qu'à juste titre on leur reproche ? Leur hormones fonctionnent ainsi, et justement ce qui dépasse notre triste sort, c'est de réfléchir, c'est de se hausser au-delà de nos pulsions organiques.


Et on veut ramener les femmes à ça ? AMAZING !


Quand on se positionne et se bat contre la violence intentée à un être humain, on ne vise pas son entrejambe pour définir la nature même de ce qu'il est. On le définit avec ses valeurs, son éthique, sa morale, ses actes et ses paroles. Ses choix. Oui, ce que chacun choisit d'être est la seule façon dont un être humain peut être identifié et reconnu dans sa dignité toute emplie de son libre-arbitre. On relie l'humanité et la liberté des hommes ainsi seulement. On choisit de définir un être humain et son histoire, qu'à l'aune de tous ces paramètres complexes et de toutes ces particules élémentaires.


Si on se définit uniquement en tant que noire, juive, musulmane, chrétienne, 'racialisée' (quel horrible mot), héritière d'un passé de colonisé, on se définit comme victime.


À ce courant appelé identitaire, l'intelligence et la culture de Fatou Diome répondent et nous répondons avec elle : l'identité humaine !



"Il faut arrêter d'êtres des otages, des victimes de la colonisation. Je suis née libre et j'ai l'intention de continuer."


EN CONCLUSION ?


Passer son temps à vouloir rendre une société asexuée d'un côté et à vouloir l'hypersexualiser de l'autre, divise et relève de la schizophrénie.


Cloisonner, mettre des cordons non-mixtes à l'instar des zones non-mixtes publiques qui pullulent en France et dans le monde entier, dans les piscines, dans les réunions politiques en passant par les manifestations et exclure les victimes de violences faites aux femmes entre elles et en exclure les hommes, est dangereux, toxique, hypocrite.


Cela sert d'autres causes. Et manipule l'opinion, la jeune génération qui veut se battre pour plus de justice et d'équité.


Cela n'est pas du féminisme. Cela exclue l'Intelligence. Ne reste que la bêtise, oui ça elle est incluse.



Eloïse Maillot



Ma Nota Bene : Je vous fait beaucoup d'honneur en vous consacrant ce papier et temps de réflexion, dont vous ne vous donnez même pas la peine pour votre propre gouverne.


NB 2 : Attention... Ne pas confondre ni laisser essentialiser mon propos qui dénonce cet esprit d’étiquetage et de formatage obsessionnel des comportements humains et qui luttera avec constance contre le racisme, le sexisme, l’homophobie et la connerie. Comme on peut le voir, vaste programme...


#NousToutes #feminisme #feministe #intersectionnels #feminismeintersectionnel #universalistes #humanistes #feministeuniversaliste #evergreen #indigenistes #racialiste #france #paris #manif #manifestation #23novembre #carolinedehaas #SansNous



719 vues
  • Instagram Nouvelle Veg
  • Twitter Nouvelle Veg
  • Facebook Nouvelle Veg

© 2019 by Nouvelle Veg 2019. All rights Reserved