Ma vie dans ma « Tiny Poésie », la nouvelle maison écoresponsable à la mode

PAR CLÉMENCE HUNG, AMBASSADRICE STRASBOURG.

Crédits photos : Clémence Hung

Une Tiny House, c’est quoi ?




Encore dépourvue de statut juridique en France, la Tiny House est originaire des USA et comme son nom l’indique, est une petite maison, ou encore micro-maison, ayant la particularité d’être construite sur roues.

Elle est donc véhiculable (sous réserve de disposer du permis remorque).

Sa taille est de ce fait, définie par le code de la route, avec une surface au sol qui dépasse rarement 13 à 14 m² et surtout une hauteur ne dépassant pas les 4 mètres (impossible sinon de passer sous les ponts). Mais la conception – judicieuse - peut augmenter sa surface par la présence notamment de mezzanines, la mienne faisant ainsi 23 m² au total.


Crédit photo : Clémence Hung

Crédit photo : Clémence Hung

Elle s’inscrit le plus souvent dans la fameuse ère du « minimalisme », ou comme j’aime l’appeler, en référence au célèbre philosophe Pierre Rabhi, dans une

« sobriété heureuse ».



Une Tiny House, pourquoi ?


Comme le sous-entend le concept de sobriété, vivre en Tiny house est une philosophie de vie. Ayant grandi avec le patrimoine familial d’une communauté autosuffisante, l’idée est belle, celle de s’unir à la nature et non plus contre elle, pour vivre. Cet habitat que j’ai rendu autonome en eau, récolte et traite l’eau de pluie. Les eaux usées sont évacuées et filtrées par un système finlandais Biolan dont le filtre organique est compostable.


Crédit photo : Clémence Hung

Il est également possible d’y installer des panneaux solaires, mais pour ma part, elle est raccordée au réseau électrique et me permet de disposer d’un chauffage électrique, d’un frigo, d’un four, et même… d’eau chaude (#humour).

Ce rêve de plusieurs années est à mes yeux un acte militant, ancrant dans la réalité un discours et des revendications écologiques.




Une Tiny House, mode d’emploi


Si certains construisent eux-mêmes leur Tiny House, il existe des entreprises spécialisées de plus en plus nombreuses. J’ai pour ma part fait confiance à l’une des pionnières en la matière, Quadrapol, que je recommande grandement pour leur professionnalisme et surtout pour le même partage des valeurs liées de ce mode de vie devenu tendance.

Crédit photo : Quadrapol

Optant pour un modèle préconçu de la gamme Colibri, elle est livrée clés en mains en 3 à 4 mois. Il reste alors à résoudre la grande problématique des Tiny House à savoir où l’installer, surtout si l’on ne souhaite pas être nomade. En effet, même si aucun permis de construire n’est nécessaire puisque construite sur rue et non sur des fondations, il est nécessaire de bien se renseigner auprès de la municipalité, car le stationnement des véhicules typés « caravanes » est généralement limité à 3 mois.


Crédit photo : Quadrapol

Pour ma part, elle est installée sur un terrain agricole non constructible, privé, avec l’accord de la mairie que je remercie encore pour son soutien (il est possible d’obtenir des autorisations de stationnement prolongé).


N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations, ou directement l’équipe passionnée de Quadrapol qui s’est toujours fait un plaisir de répondre à mes interrogations.


QUADRAPOL

www.quadrapol.com

Gamme de prix : à partir de 53 600€ le châlet en bois ; 40 600€ la Tiny House et 32 960€ le bureau de jardin.


Clémence Hung, Ambassadrice Strasbourg



1 commentaire