• NEWS

🥳 Nina Ricci, Jean Paul Gaultier, Paco Rabanne et Dries Van Noten arrêtent les cuirs exotiques

PAR MARIE LACHURIÉ ET ELOÏSE MAILLOT.

Après Sandro, Maje, Claudie Pierlot, Mulberry et Chanel, c’est au tour de cinq marques mythiques de mode du groupe PUIG, de renoncer à l’utilisation des cuirs exotiques : Jean Paul Gaultier, Paco Rabanne, Nina Ricci, Carolina Herrera et Dries Van Noten disent non aux accessoires en serpent, python, croco et autres peaux d'animaux...


Quand les peaux exotiques ne sont plus à la mode…

Fini les peaux de serpents, crocodiles et autres espèces animales exotiques pour les marques de mode du groupe de luxe PUIG !

C’est dans une interview avec PETA Royaume-Uni, que l’entreprise espagnole annonce « laisser un monde meilleur à la prochaine génération » et que « des mesures ont déjà été prises pour ne plus utiliser de peaux exotiques ».



En effet, les accessoires en peaux exotiques actuellement en vente de Jean Paul Gaultier, Paco Rabanne, Nina Ricci, Carolina Herrera et de Dries Van Noten seront les derniers et ne pourront plus être en restockage.


Les enseignes de Puig s’ajoutent à une liste de créateurs et grandes marques comme Chanel, Mulberry, Calvin Klein, Paul Smith, Victoria Beckham et Selfridges, qui ont elles aussi, pris l’initiative d’arrêter de produire des articles en peaux exotiques.


Le mode et le monde du luxe se préoccupent de plus en plus de l’environnement et des autres problématiques actuelles liées au sort des animaux. Récemment, ce sont les marques du groupe Kering, Alexander McQueen et Balenciaga qui ont annoncé arrêter la fourrure.



En plus d’épargner les animaux des atrocités qui leur sont infligées, ces mesures auraient aussi un impact sur la santé publique. En réalité, les conditions insalubres dans lesquelles sont transportés les animaux vivants, seraient un terreau fertile, selon des experts et la PETA, "pour l'émergence de virus tels que celui qui a causé la pandémie de COVID-19 - qui serait originaire d'un marché d'animaux vivants présentant des conditions de détention des animaux semblables aux fermes d'où proviennent les peaux exotiques."



Bien qu'aujourd'hui, la cause de la pandémie ne soit pas encore totalement éclaircie.


… mais que la torture continue pour d’autres.


Certaines marques persistent à produire des peaux exotiques, telles que Louis Vuitton, Prada et Hermès. Au vu des engagements de leurs concurrents, ces marques rejoindront-elles bientôt le mouvement ?


Pour obtenir ces accessoires de mode, des pythons subissent l'obstruction de leur gueule et anus avec des élastiques, par des ouvriers qui taillent un trou dans leur tête ou leur queue, afin d' y insérer un tuyau et enfler les serpents avec un compresseur d’air, les faisant suffoquer à mort. C’est par une récente enquête de PETA Asie, que l’on découvre ainsi les conditions abominables dans lesquelles sont traitées ces animaux.


Qu'en est-il des engagements de Louis Vuitton, Prada et Hermès ? Se pourrait-il que ces grandes Maisons de mode, rejoignent le mouvement ?... parce que l'envers du décor nous donne envie de dire, haut et fort, que c'est tout sauf du luxe.

Marie Lachurié et Eloïse Maillot

0 commentaire