On a testé Sapid, le restaurant parisien d'Alain Ducasse : de la haute-cuisine veg gastronomique

PAR ELOÏSE MAILLOT.

Crédit photo : Julie Ansiau

Depuis le 6 septembre, le restaurant SAPID situé au 54, rue de Paradis à Paris, dans le 10ᵉ arrondissement, a ouvert ses portes. Emmené par la cheffe Marvic Medina, sous l’impulsion de Romain Meder et d’Alain Ducasse, Sapid fait le pari de l’innovation et de la qualité dans une offre de cuisine terrestre, nomade et durable et surtout... quasiment entièrement vég, avec de fortes options véganes. Il était temps que nous allions découvrir le lieu et tester leurs plats !





Au cœur de Paris, au 54 rue de Paradis, la jeune pousse de la restauration rapide Sapid a ouvert son réfectoire, façon self service haut-de-gamme. Le concept est aussi original que les plats et bouleversent la scène de la cuisine nomade parisienne.

Crédit photo : Julie Ansiau

Le décor a été conçu et imaginé par Marie Deroudilhe, le réfectoire est entièrement dédié à la cuisine végétale issue de producteurs et d’artisans indépendants. C'est là que toute sa cuisine sensible, raffinée, gourmande et relevée pour certains plats, mais aussi durable est orchestrée au quotidien par la cheffe Marvic Medina, la cheffe de cuisine péruvienne, formée dans les cuisines du Plaza Athénée.


Crédit photo : Julie Ansiau

Ce lieu très parisien, incontournable pour les veg (végétariens et végétaliens), a été initiée par les deux créateurs de ce projet, Romain Meder et Alain Ducasse, chef aux 21 Étoiles Michelin !



Un self-service haut-de-gamme numérisé


Ici le parcours est entièrement numérique. Aussitôt entré, on passe sa commande sur une grande tablette sur laquelle défilent les allergènes éventuels, les plats avec les prix et les photos, et surtout l'option végane pour la plupart.


Crédits photos : Julie Ansiau


Si certains plats ont du fromage et des œufs, ou même proposent un poisson (ce qui reste rare), on peut donc choisir son versant végétalien. Ici, tout est fait façon self service haut-de-gamme, vous allez vous-même chercher votre eau et vos plats, sauf le soir où le restaurant propose un service en table.


Les commandes sont passées facilement sur la borne interactive et on vient chercher son plateau dès qu’il est prêt. Jeton ou carte permettent de se servir soi-même en vins ou en café. On débarrasse ensuite soi-même son plateau en faisant le tri.


Crédit photo : Julie Ansiau

Cet antre de la cuisine nomade a cartonné pendant le confinement, car il a proposé un véritable espace dédié à la vente à emporter.



Des plats haut-de-gamme très abordables


SAPID vient du latin Sapidus et signifie savoureux, qui a du goût et les plats ici n'en manquent pas !

L’avocat corse mariné, accras de panais, condiment piment et avocat brûlé est

à 9 €. Le chou-fleur rôti, scamorza de bufflonne, pickles est à 8 €. Les asperges vertes au four, piment doux, truffes noires sont à 18 € et le quinoa cuit en cocotte, légumes d'hiver, condiment persil est à 14 €. Les plats peuvent être bien sûr être consommés dans leur version végane.



Quant aux desserts, ils sont plus délicieux et surprenants les uns que les autres !

Les poires fraîches et déshydratées, condiment pain et noix, gingembre, caramel au café sont au prix de 8 €. La succulente mousse au chocolat grué de cacao est à 7 € et malheureusement n'existe pas en version végane, mais plaira aux végétariens assurément. Le très surprenant riz au lait, butternut confit au vinaigre de sapin, pignon de pin est à 8 €, tandis que le yaourt de la ferme de Kerbastard, coings compotés, granola maison est à 6 €.



La dégustation des plats est une explosion en bouches, fruits confis, condiments, épices... tout est subtilement mélangé à l'authenticité des légumes tout en restant très gourmand et léger. L'alliance des aliments et leur assaisonnement est subtil, vraiment originale et se distingue dans l'offre veg actuelle.


Compter 20 € à 30 € boisson incluse pour un repas, des carafes d'eau sont également mises à disposition, en libre accès.



Une déco signée Marie Deroudilhe