• NEWS

REPRISE DE LA CHASSE AU 1ER JUIN : COMMENT VITE PARTICIPER À LA CONSULTATION PUBLIQUE

PAR ELOÏSE MAILLOT.

Les projets d'arrêtés préfectoraux des différentes régions de France fixant les dates d’ouverture et de clôture pour la campagne de chasse 2020-2021, sont en ligne. Les consultations publiques sont ouvertes, vous pouvez donnez votre avis par mail...




'La nature a repris ses droits'


Qui n'a pas lu ou entendu cette petite phrase ces dernières semaines ? Après une période de quasiment deux mois de confinement en France mais aussi à l'international, les spécialistes de la faune et de la flore, les médias ainsi que le grand public, ont été témoins et ont sans cesse relayé et célébré ce retour à la vie sauvage.


C'est dans ce contexte que le gouvernement français donne aujourd'hui, la possibilité à la chasse individuelle de reprendre deux mois plus tôt que prévu, au travers des préfets des départements, qui ont ouvert une consultation publique.


Qu'est-ce que la chasse individuelle ?

"Très répandue en France, elle concerne majoritairement la chasse du petit gibier. Le chasseur est alors seul, éventuellement avec un ou deux chiens à travers un milieu ouvert (plaine, bocage…)." Sources chasseurdefrance.com


Ainsi perdrix, bécasses, faisans, lapins, alouettes, grives, pigeons, merles, renards, chevreuils, sangliers (liste non exhaustive), seront à nouveau tués par les chasseurs qui auront la possibilité de tirer à vue à partir du 1er juin, en vue de l'ouverture anticipée de la chasse.




COMMENT DONNER SON AVIS ?


Il est possible de répondre par mail à la consultation publique de votre département, en précisant "si vous habitez dans les départements concernés, ça peut avoir plus de poids. Vous pouvez simplement dire dans ces mails que vous êtes opposés à l'ouverture de la chasse en été." Sources Pierre Rigaux, naturaliste.


"Vous pouvez exprimer votre refus d’une saison de chasse anticipée en envoyant dès maintenant un mail à la préfecture de votre département, avec dans l’objet du mail « consultation du public – projets d’arrêté chasse » ou en remplissant le formulaire en ligne de votre préfecture". Sources Fondation Brigitte Bardot.


Certains départements ont terminé leur consultation, voici la liste de tous les départements encore concernés, par ordre alphabétique à la fin de l'article.


Vous pouvez sinon trouver ces informations, directement mises à jour ici sur la page du naturaliste Pierre Rigaux, qu'il est possible d'aider et de soutenir pour son travail remarquable en cliquant ici :



LA CHASSE EN FRANCE


Le nombre de chasseurs ayant passé leur permis de chasse monterait à 5 millions en France, avec 1,2 million de chasseurs dit actifs en 2019. Nous sommes le pays européen qui enregistre le plus grand nombre de chasseurs.

Et pourtant, selon les sondages, les Français en ont marre de la chasse... alors pourquoi sommes-nous le pays européen qui chasse le plus durant toute l'année ? Il ne reste que deux mois durant lesquels on ne chasse pas en France (avril-mai), si on passe sous silence l'actuel déterrage des blaireaux, entre autres...



Selon le sondage Ifop datant d'octobre 2018 :


  • 82% des sondés désirent l’interdiction de la chasse (et du piégeage) le dimanche, mais aussi un autre jour dans la semaine ainsi que durant l’intégralité des vacances scolaires.

  • 82% estiment que la chasse représente une menace pour l’environnement, une des causes revenant le plus souvent étant les rejets dans la nature de plomb présent dans les munitions.

  • 83% des sondés sont pour l’interdiction de la vénerie sous terre.

  • 84% des sondés rejettent les chasses dites traditionnelles comme la glu.

  • 92% réclament une visite médicale annuelle obligatoire – avec contrôle de la vue – pour les détenteurs de permis de chasse


LE CAS DES OISEAUX


Allain Bougrain-Dubourg, Président de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et auteur du nouvel ouvrage, ''On a marché sur la Terre, Journal d'un militant" aux éditions Les Échappées (Charlie Hebdo), ainsi nous confie :


"Il ne faut pas reprendre à la nature ce qu'elle a gagné dans le confinement, sauf contextes exceptionnels, il faut la laisser en paix plutôt que de l'agresser à nouveau. Maintenant, que l'on puisse envisager à nouveau le déterrage des renards me parait intolérable ! Il faut revisiter nos rapports au Vivant".

Cliquer ici pour commander le livre



Yves Verilhac,