• ARTICLE

SENSE EAT : UNE CUISINE DE SENS ET D'EXCELLENCE

PAR EMMA CARON.

À l’image d’une séduisante Italienne qui n’a pas encore conscience de sa beauté, le Sense Eat est un gastronomique qui s’ignore.

Saine, végétarienne, épicurienne, bienvenue à la table de cette belle Italienne





De l'extérieur, le lieu ne paie pas de mine et n’attire pas forcément l’attention. Une fois la porte poussée, la salle est accueillante avec une déco mi-indus, mi-écolo toute en bois mais sans prétention.


En revanche, là où le Sense Eat prend tout son sens, se démarque et s’affirme, c’est bel et bien dans l’assiette. Véritablement.




Lorsque le premier plat arrive, le voyage commence.


Le premier sens à être en éveil est la vue.

Colorée, créative, raffinée : la beauté du plat interpelle tant, que l’on culpabiliserait presque de l’entamer. S'ensuit une succession de surprises gustatives. Chaque plat a son propre caractère, parfois relevé, d’autres fois fumé mais aux saveurs toujours affirmées et travaillées.

Ainsi, en entrée, la glace à l’oignon magnifie à merveille la Ricotta di Bufala fumée au foin de montagne, servie avec un quinoa soufflé, amandes et fines herbes, tandis que le tofu moelleux mariné façon « Tiradito », accompagné de freekeh (un blé vert grillé), chou rouge fermenté, chulpi (un maïs Péruvien) et kumquat au paprika fumé et citron vert est une véritable explosion de saveurs.


Les alliances de goût sont osées. Le résultat est étonnant mais parfait.



En plat, l’incontournable est sans conteste le plat de raviolis maison à l’oignon doux fumé, sauce acidulée, noisettes du Piémont, angastura (c’est une liqueur amère à base d’épices, de plantes et d’écorces d’orange) et fenouil sauvage de Sicile.

L’assiette apparaît, elle est appétissante, alléchante. Le serveur l’agrémente d’un zest d’huiles essentielles quelques secondes avant sa dégustation. Onctueux, crémeux, gourmand, chaque bouchée de ce plat fond dans la bouche, tandis que les raviolis sont al dente et les noisettes croquantes.

C’est un des plats que le propriétaire des lieux, Enrico Einaudi, végétarien engagé, tient de sa maman et que le Chef Maurizio Carlucci réalise à merveille. Sa madeleine de Proust à l