• NEWS

🐍 TOUS LES SERPENTS SONT DÉSORMAIS PROTÉGÉS EN FRANCE

PAR ELOÏSE MAILLOT.

Dans un ArrĂȘtĂ© datant du 8 janvier 2021 et publiĂ© au Journal Officiel le 11 fĂ©vrier de cette mĂȘme annĂ©e, le MinistĂšre de la Transition Écologique fixe la liste des amphibiens et des reptiles reprĂ©sentĂ©s sur le territoire français de la mĂ©tropole, dĂ©sormais protĂ©gĂ©s et les modalitĂ©s de leur protection. Risques dĂ©sormais encourus ? 3 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende.




C'est la SociĂ©tĂ© herpĂ©tologique (L’herpĂ©tologie ou erpĂ©tologie, est la branche de l'histoire naturelle traitant des amphibiens et des reptiles) de France qui a annoncĂ© la nouvelle, par voie de CommuniquĂ© de Presse, le 11 fĂ©vrier dernier.


Et de préciser :


« GrĂące Ă  une mobilisation collective sans prĂ©cĂ©dent pour ces espĂšces « mal-aimĂ©es », l’autorisation partielle de la destruction des vipĂšres (pourtant particuliĂšrement vulnĂ©rables) fait dĂ©sormais partie du passĂ©. Les associations nationales et rĂ©gionales de protection de la nature sont satisfaites de cette Ă©volution. Elles resteront vigilantes sur l’avancĂ©e des expertises en cours demandĂ©es par le ministĂšre de la Transition Écologique dans la perspective d’un durcissement de la rĂ©glementation sur la pĂȘche des grenouilles. Dans cette attente, elles appellent les prĂ©fets Ă  ne pas prendre d’arrĂȘtĂ©s autorisant la pĂȘche de grenouilles. »


Mis en consultation publique en novembre 2019, le texte n’avait pas connu de mise Ă  jour depuis 2007. La version en consultation avait alors choquĂ© le monde naturaliste tant les ajustements proposĂ©s Ă©taient marginaux au regard de la multiplication des cris d’alarme des scientifiques sur l’effondrement de la biodiversitĂ© auquel les reptiles et amphibiens n’échappent pas. AprĂšs 14 ans d’alerte sur les carences et erreurs du texte de 2007, une forte mobilisation collective aux cĂŽtĂ©s de la SociĂ©tĂ© HerpĂ©tologique de France a permis d’attirer l’attention du ministĂšre de la Transition Écologique.


Le texte publiĂ© interdit de tuer ou maltraiter l’ensemble des serpents dont les vipĂšres, espĂšces en dĂ©clin et vulnĂ©rables. Toute personne outrepassant cette interdiction s’expose Ă  3 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende. Cela signifie Ă©galement que leurs milieux de vie sont Ă©galement prĂ©servĂ©s et qu’il faut dĂ©sormais les prendre en compte dans l’amĂ©nagement de nos territoires.


En revanche, la Grenouille rousse et la Grenouille verte ne bénéficient toujours pas de protection intégrale.



Cependant, une Ă©tude est en cours sur leur exploitation commerciale, ce qui n'empĂȘche pas les associations de rĂ©clamer l'encadrement de la pĂȘche les concernant. En attendant, les PrĂ©fets son invitĂ©s Ă  ne pas publier d’arrĂȘtĂ© prĂ©fectoral l'autorisant.


Laurent Barthe, prĂ©sident de la SociĂ©tĂ© HerpĂ©tologique de France (SHF) : « La SHF est enfin entendue et je m’en rĂ©jouis. La publication de ce texte et la protection intĂ©grale des vipĂšres est une victoire pour toutes les personnes qui se sont mobilisĂ©es Ă  leur Ă©chelle et que je tiens Ă  remercier. Nous restons toutefois pleinement investis dans la dĂ©fense des espĂšces d’amphibiens qui ne bĂ©nĂ©ficient pas encore de protection cohĂ©rente : le contexte sanitaire doit rappeler Ă  chacun la gravitĂ© de l’effondrement de la biodiversitĂ© et l’impact de l’humain sur les Ă©cosystĂšmes. »


EloĂŻse Maillot

  • Instagram Nouvelle Veg
  • Twitter Nouvelle Veg
  • Facebook Nouvelle Veg

© 2019 by Nouvelle Veg 2019. All rights Reserved

N° ISSN 2739-8757